AVENIR DE L'EDUCATION POPULAIRE

LES ASSOCIATONS D'EDUCATION POPULAIRE ONT UN AVENIR

Signez la pétition !

Déjà 191 signatures. Objectif : 2000

Contact : avenir.educpop-grenoble@orange.fr

APPEL

LES ASSOCIATIONS D’ÉDUCATION POPULAIRE

ET PARTICULIÈREMENT LA CORDÉE ET LE PLATEAU ONT UN AVENIR !

 

 La Municipalité de Grenoble vient de prendre, fin octobre 2022, des décisions d’une grande brutalité et exprime ainsi un grand mépris à l’égard des associations d’éducation populaire et, au-delà, envers tout le tissu associatif grenoblois, tout en s’accaparant, dans son discours, les références de léducation populaire. Alors que dans d’autres villes, Municipalités et associations se retrouvent pour des États Généraux de la Vie Associative car comme l’écrit, par exemple, Madame la Maire de Rennes « en 2022, face aux défis sociaux et environnementaux, nous souhaitons réaffirmer la place centrale qu’occupent les associations dans notre démocratie locale et notre cohésion sociale et leur rôle essentiel dans la transformation écologique et sociale du territoire... », à Grenoble la Municipalité décide de sacrifier 2 associations, La Cordée et le Plateau, et de mettre plusieurs associations en sursis (convention précaire, vente des locaux). Et cela au terme de 18 mois d’échanges (mai 2021 – octobre 2022) et au final de double jeux. Nous sommes loin du préambule de la « Convention d’objectifs et de moyens » rédigée par la Ville et soumise aux associations pour signature :

« La Ville et les associations d’éducation populaire déclarent vouloir travailler ensemble. Ancrées dans l’histoire profonde de la ville, les associations d’éducation populaire sont nées de la volonté des habitants de développer des activités en direction des enfants et des jeunes en particulier, accueillir et fédérer les initiatives citoyennes, rendre la culture accessible à tous. La ville de Grenoble reconnaît et soutient l’éducation populaire. () Ces associations contribuent fortement à la création et au maintien de liens sociaux dans la ville, elles sont des vecteurs de la cohésion sociale. »

En contradiction avec ses écrits, la Ville de Grenoble annonce brutalement – en absence de toute transparence – ses décisions 2 mois avant la date butoir du 1er  janvier 2023. Donc, le fameux « reconventionnement » entre la Ville et les associations d’éducation populaire, c’est d’abord faire un constat, celui de la casse ou de la précarité de plusieurs associations.

ASSOCIATIONS ET CITOYENS, NOUS CONDAMNONS AVEC VIGUEUR LES DÉCISIONS PRISES PAR LA MUNICIPALITÉ DE GRENOBLE ET LA MÉTHODE UTILIE.

Nous apportons notre soutien aux membres des associations dans la tourmente, aux responsables bénévoles, aux responsables salariés et à tout le personnel, aux habitants, enfants, jeunes, familles qui sont au centre de la vie associative… enfin, aux clubs, aux établissements scolaires, aux associations partenaires.

Nous rappelons que la Loi de 1901 sur les associations est une loi de liberté. La démocratie participative est annoncée comme un objectif essentiel par la Municipalité. C’est la vie associative qui est le creuset de l’engagement volontaire pour faire vivre des projets, des activités, des services, pour vivre en relation entre habitants et habitantes. La vie associative, c’est lespace de la participation volontaire de tous.

Nous reconnaissons que la vie associative n’est pas parfaite mais casser la vie associative, c’est aggraver le repli des citoyens et ne rêver que d’une démocratie participative sans valeurs, sans ancrage dans la vie réelle.

Nous appelons la Municipalité à reconsidérer ses décisions et à accepter une médiation comme dans les crises sociales majeures. Cette médiation sera confiée à une personne extérieure reconnue et réciproquement acceptée. Elle disposera d’un calendrier de quelques mois pour conduire sa mission. Elle sera assistée d’un comité composé à parité d’élus et de délégués du secteur associatif.

Nous appelons la Municipalité à accepter un moratoire car la période de médiation doit se dérouler dans des conditions satisfaisantes. Pour cela, les associations doivent avoir la garantie et les moyens de poursuivre leurs activités jusqu’au 31 août 2023.

 

Nous appelons les responsables de la ville de Grenoble à retrouver les valeurs qu’ils formulent depuis des années et à agir en cohérence avec leurs propres délibérations : « Face à un problème à résoudre ou un défi à relever, la démocratie contributive consire les citoyens non comme des usagers, des clients ou des bénéficiaires, mais comme des acteurs capables dinitiative, et porteurs de solutions » (extrait de la délibération sur la démocratie locale du conseil municipal le 26 mars 2022). La municipalisation des activités sociales, éducatives et culturelles, c’est le contraire d’un projet d’éducation populaire.