SAUVEGARDONS LES TERRES AGRICOLES, NON A LA PLATEFORME LOGISTIQUE A SALVAZA !

Signez la pétition !

Déjà 637 signatures. Objectif : 1000

Entre 2009 et 2021, Carcassonne a englouti 140 hectares de terres et la dernière révision
du Plan Local d’Urbanisme prévoit encore 12 zones d’aménagement qui mangeront 293
hectares de plus dont 65 ha pour du photovoltaïque au sol. Au lieu de répondre aux objectifs
de la loi Climat et Résilience en diminuant de 50% la consommation d’espaces naturels et
agricoles, M. Larrat et sa majorité s’empressent de doubler le rythme de bétonisation, à
contresens de l’urgence environnementale : perte d’espaces agricoles et de biodiversité,
accentuation du ruissellement et de la surchauffe urbaine ...

MOINS DE BITUME, PLUS DE LÉGUMES !

Après le scandale de Rocadest (22 Ha dont des terrains toujours vacants), après la zone
économique de Béragne (26 Ha dont des terrains toujours vacants), c’est désormais le tour
d’une extension de Salvaza (68,5 ha) pour des entrepôts logistiques géants sur des terres
actuellement cultivées en bio. En parallèle, les friches industrielles et commerciales se multiplient
dans toute la périphérie de Carcassonne. Nous rappelons que la création de Rocadest n’a fait
que déplacer des emplois existants à l’échelle urbaine et mettre en concurrence les enseignes ;
que la zone de Béragne consiste essentiellement à déplacer des entreprises existantes. Pour
l’extension de Salvaza il s’agit d’entrepôts de stockage avec à la clef des emplois très précaires
et peu nombreux (dont beaucoup de livreurs en sous-traitance).

Que ce soit la ville de Carcassonne (compétence urbanisme) ou Carcassonne Agglo (compétence
économie), nous avons encore des élu.es qui fonctionnent avec le logiciel du siècle dernier :
extension des zones urbaines = emplois !

Nous refusons ce modèle de développement qui met en concurrence emplois paysans et emplois industriels, sans jamais poser la question de leur
utilité sociale ni de leurs conditions de travail. Carcassonne regorge de friches industrielles et
commerciales, c’est aux investisseurs de payer pour leur rénovation ! Laissons les terres agricoles
aux agriculteurs !
Pour nos élu.es, installer des paysannes et paysans ne semble pas être une richesse, ni une
priorité. Pourtant, pour couvrir les besoins alimentaires de la population de Carcassonne
Agglo, il faudrait 440 hectares supplémentaires de fruits et légumes et 1 781 ha de blé tendre
(cf l’étude d’impact du promoteur de Salvaza !).

En 2002, au Sommet de la terre, le président de la République française déclarait « Notre maison
brûle et nous regardons ailleurs ». Plus de 20 après, le feu s’est répandu et des élus comme
Larrat ou Banquet continuent de l’alimenter malgré l’urgence ; c’est donc à nous citoyens,
de prendre nos responsabilités pour stopper l’extension de Salvaza et de faire de ces terres
agricoles une SalvaZAD, une Zone À Défendre !

Le Collectif laisse Béton Salvaza.

Le Collectif a été créé par la Confédération paysanne de l'Aude, Extinction Rebellion 11, CGT CAUE 11, Les Soulèvements de la terre Aude, Naturalistes des terres, Carcassonne citoyenne écologique et sociale.

Ils nous ont déjà rejoints : Nature et Progrès Aude, FSU 11, LDH Carcassonne, ATTAC Aude